Histoire et Patrimoine Thermal

Le Bassin des Ladres

ax les thermes   bassin des ladres 3   cp blanche escaffreJusque vers le milieu du XVIIIème siècle, le centre thermal d'Ax ou « Barry des Bains » était concentré autour du Bassin des Ladres, avec les étuves d'un côté et les canons de l'autre. Il était situé à à côté de l'hôpital et de la chapelle attenante dénommée « Notre Dame du Bain ». En 1241, probablement pour compenser les dégâts d'un incendie, le Comte de Foix accorda de larges privilèges fiscaux à Ax. Elle n'en devint que plus prisée et la place entre les murs se fit rare. Les eaux d'Ax en libre usage servait à laver la laine, à ébouillanter le cochon, à faire la soupe, à soigner. Les quartiers des étuves n'étaient pas de bonne réputation : mendiants, saltimbanques et filles de joie y tenaient le haut du Pavé.

ax les thermes bassin de la basse   cp a richebonFondé en 1260 par le Comte Roger IV de Foix à la demande de Saint Louis, l'hôpital d'Ax accueillait entre autres les soldats revenus lépreux des croisades. Le bassin porte encore le nom de Ladres ou « Lépreux »

 

Avant 1715, l'usage des eaux d'Ax était libre, aucune retribution était exigible, la ville entretenait  piscines, étuves et rudiments de canalisation. D'urgentes réparations  servirent de prétexte à l'établissement d'une taxe.

D'autres lieux du patrimoine thermal : Bassin de la Basse proximité du Couloubret, Fontaine des Canons, Fontaine du Coustou, Fontaine des Neiges, Fontaine du Couzillou.... A découvrir sur le dépliant Circuit de Découverte d'Ax les Thermes distibué gratuitement à l'Office de Tourisme ou lors de visite de découverte de la ville proposée par la Maison du Curiste.

ax les thermes   fontaine des neiges cp alice richebon   2011

 

 


Ax les Thermes, c'était plus de soixante sources divisées en 3 groupes d'eaux :

 

 

Le Groupe « Couloubret »

L'établissement le plus ancien de la station Le Couloubret, à la rive droite de la Rivière d'Ascou appelée aujourd'hui Ruisseau Sorgeat. Son nom vient des petites couleuvres appelées Couloubrou.

C'est au Couloubret que les 1ères observations cliniques ont été recueillies, c'est avec les cures qui s'y sont opérées que la confiance dans les eaux d'Ax s'est répandue.

  • Redécouverte des sources en 1750,
  • Reste de captage de bains préhistoriques découvert par le Professeur Garrigou en 1867,
  • Reconstruction des Bains de 1865 à 1872, alimentés par 14 sources minérales.
  • Sa façade actuelle version «Art Déco» est refaite en 1931.
  • Etablissement orientée vers les soins en ORL jusqu'en 2006.
  • 2009 : ouverture en centre thermoludique Bains du Couloubret avec une fréquentation qui le positionne en 2ème centre de détente en eau thermale régional
  • Dénomination des 14 sources du groupe : Gourguette, Lafont-Gouzy, Pilhes, Gaston Phoebus, Jeanne d'Albret, Mystère, Bain Fort, Montmorency, Basse, Source de l'étuve, Rossignol Supérieur, Sulfuro-ferrigineuse et Canalette. Des températures variant de 18°C à 77°5, de débit différent de 2 404 à 86 400 l/24h, sulffure de sodium de 0,0037 à 0,0218/l.

 

Le Groupe de la Rivière d'Orlu «Le Teich»

Rivière Orlu aujourd'hui appelée Oriège

  • Avec un développement de façade de 90m, avec un avant corps de 33 ouvertures, coupé par un portail monumental, avec ses 2 ailes en retrait agrémentées de terrasses, de toitures surélevées et de hautes cheminées et son hall immense, c'est l'établissement thermal le plus important.

C'est un chirurgien d'Ax, le Dr Boulié, qui découvrit quelques sources thermales sur les pente de la rive gauche de la rivière. Des baraques en bois fournirent un précaire asile aux baigneurs.

  • En 1821, 24 baraques avec 51 baignoires et des douches.

C'est l'héritière du Dr Boulié, Melle Rivière qui eut l'honneur de construire le projet Teich.

  • Aprés étape d'adaptation, d'amélioration, de captage, l'édifice fut terminé et inauguré en 1893.

teich site 1lcommunication copyright

Les sources du groupe Teich sont issues de la rive gauche d'Orlu sauf celle du Puit d'Orlu (rive droite)

  • 14 sources de ce groupe : Viguerie, Pyramide, Astrié Chaude, Quod, Grotte, Source N°4, Source N°6, Source de la pompe, Puits d'Orlu, Joly, Eau Bleue (qui n'est pas bleue au départ), Eau Patissier, SaintRoch à droite et Saint Roch à gauche. Des températures de 30 à 73°8, des débits de 504 à 151 200 l/24h, sulffure de sodium de 0,0018 à 0,0240/l.

 

Le Groupe du « Breilh »

Les sources du groupe central, la partie la plus abondante, une trentaine. Ce sont les eaux les plus chaudes et les plus sulfurées.

L'établissement Sicre du Breilh

Il fut commencé partiellement en 1815 et terminé en 1819. Les établissements du Teich et Couloubret ne suffisaient plus. M. Sicre, propriétaire de l'hotel le plus ancien, comprit tout le parti qu'il pourrait gagner de ses eaux chaudes qui coulait dans son jardin. Proximité des bains et la galerie d'élégantes colonnades à l'italienne sont des atouts attractifs.  Il y a 20 cabinets de bain avec 24 baignoires en marbre et 4 douches.

15 sources alimentent : Fontan (la seule de la station obtenant le phénomène de blanchiment), Hardy, Filhol, Rigal, Anglada, Pyramide, Source N°9 et N°10, longchamps, Source N°4 et N°5, Marie, pour les Dames, petite sulfureuse ou miraculeuse, buvette longchamps, Buvette Alcaline et Breilh. Des températures de 22° à 66°9, débit de 7200 à 162 814 l/24h,  sulfure de sodium de 0,0010 à 0,0228/l.

 

L'établissement Le Modèle

Construction décidée par une société d'actionnaires en 1863 et inaugurée en 1867 après de longues négociations. Construit sur la dernière foulerie de laines de la station (en effet l'eau thermale : soufre, alcaline et chaleur permet de dégraisser et de blanchir la laine). Sa situation en centre ville et son exposition, bâtiment de 2 étages avec une longue promenade couverte « la Galerie d'Apollon ».

7 sources : Foulon, Alcaline, Grande Sulfureuse, Sulfureuse chaude, sulfureuse refroidie, Alcaline chaude et Alcaline refroidie. Des témpératures de 22° à 69°5, des débits de 9 000 à 204 000 l/24h, sulfure de sodium allant de 0,0080 à 0,0210 l

 

Autres équipements liés à l'essor du thermalisme :

mairieax2

  • Ligne de chemin de fer d'Ax en 1888 – tunnel de puymorens après la 1ère guerre mondiale.
  • Casino d'Ax les Thermes 1903
  • Des bâtiments reconnaissables de cette époque comme Le Grand Café...
  • Notre Dame d'Ax - « Montrez-vous notre mère, Protégez la ville et les montagnes »1875

voir Ax Actualités N°8

 

Le Bassin de L'Axéenne

Le tout dernier né en 2016.
Il vient prolonger la tradition axéenne de tremper les pieds dans de l'eau thermale. Sa construction en cœur de ville,sur la place St Jérôme, face à la rue commerçante, la Chapelle d'exposition St Jérôme, la gare des télécabines et à proximité des thermes a pour objectif de rendre l'eau thermale visible au grand public. Il est alimenté par des rejets d'eau thermale et sa surface autour sera déneigée par des rejets d'eau de ville réchauffés. Deux réservoirs de stockage ont été construits face aux thermes du Teich et dimensionnés en vue des besoins actuels mais aussi des projets futurs.

 

bassinlaxeennecreditsphotosmarieagnesrossignolretoucheepar1lcommunication  bassinlaxeennecreditphotocvilladominretouche1lcommunication

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


A la médiathèque des Vallées d'Ax, découvrez des éditions sur :

 

  • Ax les Thermes et ses alentours (tome 1 et tome 2)

Roger Latour Editions à Lavelanet – www.cartepostale09.com

  • Ax les Thermes – Huis de l'Andorre

C. Lacour , Editeur à Nîmes -  www.editions-lacour.com

  • Traité Complet des Eaux d'Ax le Docteur Dresh

C. Lacour , Editeur à Nîmes -  www.editions-lacour.com

  • Docteur Dresh – Ax Thermal

C. Lacour , Editeur à Nîmes -  www.editions-lacour.com

  • Ax-les-Thermes et ses environs

Mémoire en Images – Hélène Teisseire – Editions Alan Luton à St Cyr sur Loire.

 


inforoute
Agrandir le plan
05.61.02.75.75

ax3domaines

couloubret

logo_eurothermes

logo vallee ax beu

haute ariege logo rvb

logo ariege le departement

logo on alert citoyen 1

Ax-les-Thermes
jumelée avec :